Comment assainir l’intérieur de son logement ?

La qualité de l’air intérieur d’une maison serait cinq à huit fois plus pollué que l’air à l’extérieur dans nos villes. Compte tenu du fait que nous passons la majorité de notre temps à l’intérieur, ce chiffre inquiète d’autant plus.

Il y a néanmoins différents moyens d’assainir l’air de nos logements, et éviter de subir une pollution intérieur trop violente pour notre santé. On fait le point.

1 –  Limiter les émanations toxiques de produits manufacturés

Meubles, objets en plastique, produits d’entretien, un nombre impressionnant des produits présents dans nos intérieurs libèrent des composés organiques volatils (COV), toxiques donc, que l’on respire tous les jours.

Les produits d’entretien ménagers, les désodorisants, les parfums aérosols sont donc à éviter.

De même pour les produits en plastiques comme les jouets des enfants, préférez leurs équivalent en bois naturel sans peinture.

En chauffant, il émane également de nos appareils électroniques, des substances chimiques nocives, composé de PVC et de métaux lourds, par conséquent de pas laisser les appareils en veille ou sous tension inutilement.

2 – Aérer votre logement

Pour éviter l’accumulation de résidus chimiques venant des produits manufacturés, des peintures, et des solvants, il est important de régulièrement aérer son logement, minimum 10 à 15 minutes par jour.

De plus il y a certaines autres bonnes pratiques à respecter, comme évitez de stocker des produits toxiques dans votre maison, entreposez-les dans la cave ou le garage, après avoir cuisiner, pensez à aérer pour évacuer la fumée ou les émanations de gaz.

Pour aller plus loin vous pouvez prévoir l’installation d’un système de ventilation, permettant de renouveler l’air en continu.

3 – Les plantes dépolluantes

Une des méthodes révolutionnaires qui permet d’assainir la qualité de l’air intérieur de nos logements est d’y placer des plantes dépolluantes.

Ce n’est pas une blague, effectivement de nombreuses plantes ont des vertus dépolluantes. Les substances nocives présentes dans l’air sont ainsi absorbées par la plante grâce à ses stomates et sont transformées en nutriment.

Des plantes dépolluantes efficaces sont par exemple le Ficus qui absorbe principalement le formaldéhyde et l’ammoniac, le  Spathiphyllum lui absorbe les composés nocifs des vernis, plastiques et autres matériaux utilisés dans le mobilier.

4 – Refaire vos peintures

La majorité des peintures utilisées dans les pièces d’un logement émettent des composés organiques volatils (COV), il en va de même pour les colles (pour poser le lino par exemple), les revêtements comme la moquette, etc…

On dit souvent qu’il ne faut pas habiter une pièce dans les 15 jours qui suivent la peinture des murs, mais pourtant c’est toute la durée de son existence qu’une peinture continuera à émettre des substances nocives.

Une des solutions est d’utiliser de la peinture naturelle bio, en effet le problème venant des résines d’origine pétrochimique présentes dans la peinture classique, celle-ci sont remplacés par des composants végétaux ou minéraux (chaux, argile, huiles de lin, soja, etc…)

Diluées avec de l’eau, épaissies avec des charges minérales, comme la craie par exemple, et coloré avec des pigments minéraux, ces peintures libèrent tout de même des COV nocifs pour la santé, mais en proportion bien moindre.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*